Saturne


   
Il est morne, il est taciturne,
Il préside aux choses du temps,
Il porte un joli nom, «Saturne», (bis)
Mais c'est Dieu fort inquiétant. (bis)

En allant son chemin, morose,
Pour se désennuyer un peu,
Il joue à bousculer les roses, (bis)
Le temps tu’ le temps comme il peut. (bis)

Cette saison, c'est toi, ma belle,
Qui a fait les frais de son jeu,
Toi qui a dû payer la gabelle (bis)
Un grain de sel dans tes cheveux. (bis)

C'est pas vilain, les fleurs d'automne,
Et tous les poètes l'ont dit;
Je regarde et je donne
(bis) Mon billet qu'ils n'ont pas menti. (bis)

Viens encore, viens ma favorite,
Descendons ensemble au jardin,
Viens effeuiller la marguerite (bis)
De l'été de la Saint-Martin. (bis)

Je sais par cœur toutes tes grâces
Et pour me les faire oublier,
Il faudra que Saturne en fasse
Des tours d'horloge de sablier!
Et la petit’ pisseus’ d'en face
Peut bien aller se rhabiller.