Auprès de mon arbre
Seulement français Francese e italiano

By my tree  
J'ai plaqué mon chêne
Comme un saligaud,
Mon copain le chêne,
Mon alter ego,
On était du même bois
Un peu rustique, un peu brut,
Dont on fait n'importe quoi
Sauf, naturell'ment, les flûtes…
J'ai maint'nant des frênes,
Des arbres de Judée,
Tous de bonne graine,
De haute futaie…
Mais, toi, tu manque’ à l'appel,
Ma vieill’ branche de campagne,
Mon seul arbre de Noël,
Mon mât de cocagne!

Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre…
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû le quitter des yeux…

Je suis un pauv' type,
J'aurais plus de joie:
J'ai jeté ma pipe,
Ma vieill' pipe en bois,
Qu'avait fumé sans s' fâcher,
Sans jamais m'brûlé la lippe,
L'tabac d'la vache enragée
Dans sa bonn' vieill' têt' de pipe…
J'ai des pip's d'écume
Orné’s de fleurons,
De ces pip's qu'on fume
En levant le front,
Mais j'retrouv'rai plus, ma foi,
Dans mon cœur ni sur ma lippe,
Le goût d'ma vieill' pipe en bois,
Sacré nom d'un' pipe!

Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre…
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû le quitter des yeux…

Le surnom d'infâme
Me va comme un gant:
D'avecques ma femme
J'ai foutu le camp,
Parc' que, depuis tant d'anné’s,
C'était pas un' sinécure
De lui voir tout l'temps le nez
Au milieu de la figure…
Je bats la campagne
Pour dénicher la
Nouvelle compagne
Valant celle-là,
Qui, bien sûr, laissait beaucoup
Trop de pierr's dans les lentilles,
Mais se pendait à mon cou
Quand j'perdais mes billes!

Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre…
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû le quitter des yeux…

J'avais un' mansarde
Pour tout logement,
Avec des lézardes
Sur le firmament,
Je l'savais par cœur depuis
Et, pour un baiser la course,
J'emmenais mes bell's de nuits
Faire un tour sur la grande Ourse…
J'habit' plus d' mansarde,
Il peut désormais
Tomber des hall'bardes,
Je m'en bats l'œil mais,
Mais si quelqu'un monte aux cieux
Moins que moi, j'y pai’ des prunes:
Y’a cent sept ans, qui dit mieux,
Qu' j'ai pas vu la lune!

Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre…
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû le quitter des yeux…

I quit my oak
As a scoundrel,
My friend the oak,
My alter ego,
We were made of the same wood
A bit rustic, a bit coarse,
Good for making almost everything
Except, naturally, the flutes…*
Now I have ash,
Judah’s tree,
All of great quality,
With tall trunks…
But you aren’t there at the roll call,
My old branch from the countryside,
My only Christmas tree,
My greasy pole!

Under my tree,
I lived happily,
I shouldn’t have gone away…
Under my tree,
I lived happily,
I shouldn’t have lost sight of it…

I am a poor man,
I won’t have joy anymore:
I threw away my pipe,
My old wooden pipe,
That used to smoke without getting angry,
Without ever burning my lip,
Tobacco of all sorts
In its good old pipe’s head…
I have pipes made of soapstone
Adorned with large flowers,
Those pipes you smoke
Raising your eyebrows,
But I won’t find anymore, believe me,
In my heart and on my lip,
The taste of my old wooded pipe,
Blessed pipe!

Under my tree,
I lived happily,
I shouldn’t have gone away…
Under my tree,
I lived happily,
I shouldn’t have lost sight of it…

The nickname of villain
It fits me like a glove:
From my wife
I ran away,
Because, after so many years,
It wasn’t easy at all
To see her nose all the time
In the middle of her face…
I wander the countryside
To find
My new mate
Who could be as valuable as the old one,
Who certainly left many,
Too many stones in the lentils,
But she would hold me tight
When I had the blues!

Under my tree,
I lived happily,
I shouldn’t have gone away…
Under my tree,
I lived happily,
I shouldn’t have lost sight of it…

I used to have a loft
It was my home,
With some cracks
With a view on the firmament,
I knew it by heart
And, for a kiss every round,
I took my nightly beauties
To take a tour of the Big Dipper…
I don’t live anymore in the loft,
Now it may even rain
Cats and dogs,
I don’t give a damn but,
If there is a fellow who enjoys women less than me
I will pay him anything he wants:
As it may be a hundred and seven years, maybe more,
Since I last saw a woman!

Under my tree,
I lived happily,
I shouldn’t have gone away…
Under my tree,
I lived happily,
I shouldn’t have lost sight of it…