Les lilas
Seulement français Francese e italiano

The lilacs  
Quand je vais chez la fleuriste, (bis)
Je n'achèt' que des lilas… (bis)
Si ma chanson chante triste
C'est que l'amour n'est plus là.

Comm' j'étais, en quelque sorte, (bis)
Amoureux de ces fleurs-là, (bis)
Je suis entré par la porte,
Par la porte des Lilas.

Des lilas, y'en avait guère (bis)
Des lilas, y'en avait pas, (bis)
Z' étaient tous morts à la guerre,
Passés de vie à trépas.

J'suis tombé sur une belle (bis)
Qui fleurissait un peu là, (bis)
J'ai voulu greffer sur elle
Mon amour pour les lilas.

J'ai marqué d'une croix blanche (bis)
Le jour où l'on s'envola, (bis)
Accrochés à une branche,
Une branche de lilas.

Pauvre amour, tiens bon la barre, (bis)
Le temps va passer par là, (bis)
Et le temps est un barbare
Dans le genre d'Attila.

Aux cœurs où son cheval passe, (bis)
L'amour ne repousse pas, (bis)
Aux quatre coins de l'espace
Il fait le désert sous ses pas.

Alors, nos amours sont mortes, (bis)
Envolé’s dans l'au-delà, (bis)
Laissant la clé sous la porte,
Sous la porte des Lilas.

La fauvette des dimanches, (bis)
Cell' qui me donnait le la, (bis)
S'est perché’ sur d'autres branches,
D'autres branches de lilas.

Quand je vais chez la fleuriste,(bis)
Je n'achèt' que des lilas… (bis)
Si ma chanson chante triste
C'est que l'amour n'est plus là.

When I go to the florist, (bis)
I buy only lilacs… (bis)
If my song sounds melancholy
It is because love is no longer there.

As I was, for some reason, (bis)
In love with those flowers, (bis)
I entered through the door,
Through the door of the lilacs.

Of the lilacs, there was no trace (bis)
Of the lilacs, there was none, (bis)
They were all dead at war,
Dead and passed away.

I came across a beauty (bis)
Who was flourishing just there, (bis)
I wanted to impress on her
My love for the lilacs.

I marked with a white cross (bis)
The day she took off, (bis)
Hooked on a branch,
A branch of lilacs.

Poor love, hold on well at the helm, (bis)
Time will pass over there, (bis)
And time is a barbarian
Of the kind of Attila.

Over the heart where his horse gallops, (bis)
Love no longer grows, (bis)
At the four corners of the universe
There is a desert under his hoofs.

Then, our loves are dead, (bis)
Flown away to the afterlife, (bis)
Leaving the key under the door,
Under the door of the lilacs.

The warbler of Sundays, (bis)
That who gave me the swing, (bis)
She hooked on other branches,
Other branches of lilacs.

When I go to the florist, (bis)
I buy only lilacs… (bis)
If my song sounds melancholy
It is because love is no longer there.