Les lilas
Seulement français French and English

I lillà  
Quand je vais chez la fleuriste, (bis)
Je n'achèt' que des lilas… (bis)
Si ma chanson chante triste
C'est que l'amour n'est plus là.

Comm' j'étais, en quelque sorte, (bis)
Amoureux de ces fleurs-là, (bis)
Je suis entré par la porte,
Par la porte des Lilas.

Des lilas, y'en avait guère (bis)
Des lilas, y'en avait pas, (bis)
Z' étaient tous morts à la guerre,
Passés de vie à trépas.

J'suis tombé sur une belle (bis)
Qui fleurissait un peu là, (bis)
J'ai voulu greffer sur elle
Mon amour pour les lilas.

J'ai marqué d'une croix blanche (bis)
Le jour où l'on s'envola, (bis)
Accrochés à une branche,
Une branche de lilas.

Pauvre amour, tiens bon la barre, (bis)
Le temps va passer par là, (bis)
Et le temps est un barbare
Dans le genre d'Attila.

Aux cœurs où son cheval passe, (bis)
L'amour ne repousse pas, (bis)
Aux quatre coins de l'espace
Il fait le désert sous ses pas.

Alors, nos amours sont mortes, (bis)
Envolé’s dans l'au-delà, (bis)
Laissant la clé sous la porte,
Sous la porte des Lilas.

La fauvette des dimanches, (bis)
Cell' qui me donnait le la, (bis)
S'est perché’ sur d'autres branches,
D'autres branches de lilas.

Quand je vais chez la fleuriste,(bis)
Je n'achèt' que des lilas… (bis)
Si ma chanson chante triste
C'est que l'amour n'est plus là.

Quando vado dalla fioraia, (bis)
Io compro solo dei lillà… (bis)
Se la mia canzone sembra triste
È che l’amor non c’è più.

Siccome ero, in qualche modo, (bis)
Innamorato di quei fiori là, (bis)
Sono entrato per la porta,
Per la porta dei Lillà.

Di lillà non c’era traccia (bis)
Di lillà non ce n’erano, (bis)
Erano tutti morti in guerra,
Passati e trapassati a miglior vita.

Ho incontrato una bella (bis)
Che sbocciava come un fiore, (bis)
Ho voluto lasciar impresso su di lei
Il mio amore per i lillà.

Ho segnato con una croce bianca (bis)
Il giorno che si involò, (bis)
Aggrappata ad un cespuglio,
Un cespuglio di lillà.

Povero amore, tieni saldo il timone, (bis)
Che il tempo passerà di là, (bis)
Ed il tempo è' un barbaro
Del genere di Attila.

Sul cuore dove passa il suo cavallo, (bis)
L'amore non cresce più, (bis)
Ai quattro angoli dell’universo
Fa il deserto sotto i suoi zoccoli.

Allora, i nostri amori sono morti, (bis)
Volati via nell’al di là, (bis)
Lasciando la chiave sotto la porta,
Sotto la porta dei Lillà.

Il passerotto della domenica, (bis)
Quello che mi dava il ritmo, (bis)
Si è posato su altri cespugli,
Altri cespugli di lillà.

Quando vado dalla fioraia, (bis)
Io compro solo dei lillà… (bis)
Se la mia canzone sembra triste
È che l’amor non c’è più.