Oncle Archibald
French and English Francese e italiano

   
O vous, les arracheurs de dents,
Tous les cafards, les charlatans,
Les prophètes,
Comptez plus sur oncle Archibald
Pour payer les violons du bal
A vos fêtes… (bis)

En courant sus à un voleur
Qui venait de lui chiper l'heure
A sa montre,
Oncle Archibald, —coquin de sort ! —
Fit, de Sa Majesté la Mort,
La rencontre… (bis)

Telle un' femm' de petit' vertu,
Elle arpentait le trottoir du
Cimetière,
Aguichant les hommes en troussant
Un peu plus haut qu'il n'est décent
Son suaire… (bis)

Oncle Archibald, d'un ton gouailleur,
Lui dit : « Va-t'en fair' pendre ailleurs
Ton squelette…
Fi! des femelles décharnees !
Vive les belles un tantinet
Rondelettes! » (bis)

Lors, montant sur ses grands chevaux,
La Mort brandit la longue faux
D'agronome
Qu'elle serrait dans son linceul
Et faucha d'un seul coup, d'un seul,
Le bonhomme… (bis)

Comme il n'avait pas l'air content,
Elle lui dit : « Ça fait longtemps
Que je t'aime…
Et notre hymen à tous les deux
Etait prévu depuis le jour de
Ton baptême… (bis)

« Si tu te couches dans mes bras,
Alors la vie te semblera
Plus facile…
Tu y seras hors de portée
Des chiens, des loups, des homm's et des
Imbéciles… (bis)

« Nul n'y contestera tes droits,
Tu pourras crier : Viv’ le roi!
Sans intrigue…
Si l'envi' te prend de changer,
Tu pourras crier sans danger :
Vive la Ligue! (bis)

« Ton temps de dupe est révolu,
Personne ne se paiera plus
Sur ta bête…
Les «Plaît-il, maître?» auront plus cours,
Plus jamais tu n'auras à cour-
ber la tête…»(bis)

Et mon oncle emboîta le pas
De la bell’, qui ne semblait pas,
Si féroce…
Et les voilà, bras d'ssus, bras d'ssous,
Les voilà partis je n' sais où
Fair' leurs noces… (bis)

O vous, les arracheurs de dents,
Tous les cafards, les charlatans,
Les prophètes,
Comptez plus sur oncle Archibald
Pour payer les violons du bal
A vos fêtes… (bis)